Nantes - Ste Luce - Roche Blanche

Dimanche dernier avait lieu la course de Nantes la Roche blanche où on retrouvait la plupart des castelbriantais. Au menu , plus de 140 engagés et un temps vraiment exécrable. En effet, dès le départ donné, c'est sous une forte pluie que les coureurs enchaînent les premiers kilomètres. Du coté de la Chapelle Basse Mer,c'est même une chaussée rendue glissante par la grèle que les coureurs vont affronter. Stéphane Jourdren va notamment en faire les frais en chutant dans le bas d'une descente avant la Varenne. Le peloton s’effiloche, si bien qu'à Oudon ils ne sont plus qu'une quarantaine au sein du peloton. On retrouve coté verts et blancs François Bezard, Yvonnick Rétif, Mathieu Ploquin, Charlie Colin et Pierre Malgonne. les attaques se succèdent mais rien de sérieux ne sort du peloton. Clément Bommé, Arnaud Leray, Johnatan Dayus, Clément Nomari, Kévin Verger retardés par les conditions de course ( ils auront eu jusqu'a 1min de retard sur le peloton) finiront par rentrer juste avant le circuit final à la Roche Blanche. C'est d'ailleurs à ce moment là qu'une petite dizaine de coureurs prennent leurs longueurs sur le peloton. Seul problème, aucun castelbriantais ne se trouve dans cette échappée. Nous sommes alors vers le kilomètre 70 et 50 kilomètres restent encore à couvrir. Dès lors, les Bezard Rétif Ploquin Malgonne Bommé Leray Dayus Nomari et Verger prennent les choses en main en tête de peloton. Leur objectif est clair : ramener les fuyards au sein du peloton pour favoriser une arrivée massive pour le sprinteur maison Charlie Colin. Leur travail va payer puisque dans le dernier tour les échappés sont repris par le paquet et c'est un peloton groupé qui se présente pour l'arrivée finale. Charlie Colin bien placé dans le sprint "craque" dans les 50 derniers mètres et échoue au pied du podium. Mathieu Ploquin bien placé lui aussi termine à la 7 ème place. Au final, et malgré des conditions climatiques vraiment difficiles les castelbriantais ont fait preuve de courage et de cohésion. Ils ne leur à pas manqué grand chose pour qu'un vert et blanc inscrive son nom à cette belle classique.

Yvonnick Rétif

Ajouter un commentaire